Nissan Engel est né à Haïfa, en Israël le 27 novembre 1931.
Membre de l’Académie des Beaux-Arts Bezalel de Jérusalem, il étudie avec les maîtres du Bauhaus qui auront une influence importante surson œuvre.
Diplôme en poche, il part à Strasbourg étudier les décors et costumes de théâtre au Centre dramatique de l’Est, sous la direction de Michael St-Denis de l’Old Vick Theater.
Installé à Paris, il se consacre à la peinture. Il expose à la galerie André Weil en 1960 et participe à divers salons de peinture au Grand Palais où il obtient plusieurs distinctions.
En 1965, il s’envole pour New York et expose dans diverses villes des États-Unis. Entre 1967 et 1975, il réalise sept projets de vitraux pour des synagogues et des temples qui feront l’objet d’un documentaire. En 1975, il revient à Paris et qualifie sa peinture d’abstraction lyrique.

Nissan Engel est à la fois artiste, amateur de poésie, mélomane et musicien. Daniel Barenboïm dira de ses oeuvres que « ce ne sont pas seulement des interprétations visuelles mais le fruit d’une lecture aussi intelligente que sensible. »
Il réalise plusieurs albums de gravures sur le thème de l’opéra, ainsi que des livres avec le concours des poètes de l’atelier Robert Dutrou et Mario Boni. Après de nombreuses expositions personnelles à travers le monde, ses oeuvres font partie aujourd’hui de collections privées et institutionnelles.
Nissan Engel bénéficie d’une renommée internationale ; ses compositions, colorées et vivantes, ont fait l’objet de plusieurs livres.
Il meurt à Paris en novembre 2016.